ICRSP

Prière de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus inspirée par une image représentant sainte Jeanne d'Arc.

Seigneur, Dieu des armées, qui nous avez dit dans votre Évangile : « Je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive (Matt., X, 34) », armez-moi pour la lutte ; je brûle de combattre pour votre gloire ; mais, je vous en supplie, fortifiez mon courage. Alors, avec le saint roi David, je pourrai m'écrier : « C'est vous seul qui êtes mon bouclier ; c'est vous, Seigneur, qui dressez mes mains à la guerre (Ps. CXLIII, 1, 2). »

Ô mon Bien-Aimé ! Je comprends à quels combats vous me destinez ; ce n'est point sur les champs de bataille que je lutterai. Je suis prisonnière de votre amour, j'ai librement rivé la chaîne qui m'unit à vous et me sépare à jamais du monde. Mon glaive c'est l'Amour ! Avec lui je chasserai l’étranger du royaume, je vous ferai proclamer Roi dans les âmes. Sans doute, Seigneur, un aussi faible instrument que moi ne vous est pas nécessaire ; mais Jeanne, votre virginale et valeureuse épouse, l'a dit : « Il faut batailler pour que Dieu donne victoire. » Ô mon Jésus, je bataillerai donc pour votre amour jusqu'au soir de ma vie. Puisque vous n'avez pas voulu goûter de repos sur la terre, je veux suivre votre exemple; alors cette promesse tombée de vos lèvres divines se réalisera pour moi : « Si quelqu'un me suit, en quelque lieu que je sois il y sera aussi ; et mon Père l'élèvera en honneur (Joan., XII, 36). » Être avec vous, être en vous, voilà mon unique désir ; cette assurance que vous me donnez de sa réalisation m'aide à supporter l'exil, en attendant le radieux jour du face à face éternel.