ICRSP




Jésus prie seul dans la montagne

Après la multiplication des pains, Jésus prie seul dans la montagne : c'est pour lui comme une première agonie.

        Jésus ayant reçu les cinq pains et les deux poissons commande aux Apôtres de faire asseoir la foule sur l’herbe verte. Le miracle va s’accomplir sous mes yeux.

Je vois Jésus prendre les cinq pains et les deux poissons. Il lève les yeux au ciel, bénit les pains puis les rompt ; Il partage aussi les deux poissons. Alors, entre Ses mains, les pains rompus et les poissons divisés se multiplient à l’infini. Jésus a multiplié en abondance selon la grandeur de son Cœur.

Chaque Apôtre prend une corbeille et distribue les pains et les poissons à la foule. Beaucoup comprennent ce qui se passe ; je vois aussi le miracle. Parmi les hommes, les femmes et les enfants à qui les Apôtres distribuent cette nourriture j'entends des cris de surprise et de joie. Toutes ces personnes venues de si loin commencent à comprendre que Jésus est véritablement le Messie-Roi.

Pendant ce temps, je suis resté auprès du Maître et, je peux voir combien l’excitation de la foule gagne peu à peu l’esprit des Apôtres ; Je vois aussi comme le visage de Jésus s'attriste de plus en plus. Mais je n'en connais pas la raison.

Pourquoi cette tristesse soudaine sur le visage de mon Jésus alors que tout porte à la joie, à l’enthousiasme et au triomphe ?

La raison de la tristesse de Jésus est indiquée par l’Évangile. Il y a parmi la foule de nombreux zélotes : ce sont des juifs qui veulent repousser l’envahisseur romain par la force d'une armée. Mais ils ont besoin d'un chef qui prenne le commandement du futur combat. Ils pensent que ce chef, ce roi dont ils ont besoin, c'est Jésus.

Jésus qui voit le fond des cœurs connaît leur projet de venir l'enlever pour le faire roi : ce sont des projets terrestres et humains. Jésus n'est pas venu pour cela. Jésus appelle les Apôtres pour partir tout de suite. La foule, qui était si joyeuse à la pensée de faire de Jésus un roi puissant contre les romains, ne comprend pas que Jésus se retire loin d'elle et ne veuille pas être proclamé roi.

Parmi eux, le plus déçu est Judas. Il murmure intérieurement et, dans son cœur, il commence à s’éloigner de son Maître et à douter de Lui.

Mon Jésus, ne permettez pas que je me sépare jamais de Vous lorsque je ne comprends pas votre Volonté. Faîtes-moi la grâce de l'adorer toujours même sans la comprendre !

        La foule qui s’attachait à Jésus s'éloigne maintenant. D’ailleurs il fait nuit à présent. Tout doucement je m'approche de Jésus. Je suis là à quelques mètres : suffisamment près pour voir Son visage triste. Je Le suis dans la montagne, où seul, Il se retire pour prier.

Je le contemple prier. Il élève ses mains vers son Père du Ciel. Oui, Jésus vient reposer son Cœur près de son Père dans la prière. Il n'oublie pourtant pas la déception des zélotes, de Judas surtout, et où cela Le conduira : vers sa Passion.

Cette nuit est douloureuse pour Jésus. Les apôtres n'ont pas compris le miracle, ils n'ont pas compris non plus que Jésus  veut être le Roi de nos cœurs et non le chef puissant que le peuple attend. Jésus souffre de l'aveuglement de ses disciples, ils sont pourtant ses amis les plus proches et ils ne le comprennent pas. Jésus se sent seul. Par sa science divine, Il voit déjà tous ceux qui le renieront, ceux qui ne l’accepteront pas, les pécheurs qui mépriseront sa miséricorde, ses souffrances sur la croix.

        Mon Jésus, pour votre Cœur très aimant, c'est déjà comme une première agonie avant celle du jardin des oliviers, la veille de votre mort. Là, sur cette montagne, je veux rester quelques temps avec Vous, Jésus. Mon cœur a bien de la peine en voyant que vous souffrez en silence sans que personne ne le sache. Je voudrais courir à vos côtés mon Jésus ! Et vous consoler…