ICRSP




Les noces de Cana

        C’est dans la petite ville de Cana que pour la première fois, Jésus fit un miracle et manifesta sa gloire. Dès lors, ses disciples crurent en lui.

        Pour accomplir son premier miracle, Jésus choisit volontairement le jour d’un repas de mariage, parce qu’il compare son Royaume, le paradis, à des Noces : « Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit les noces de son fils. »

        En fait, le véritable Époux en ces Noces de Cana, c’est Notre-Seigneur Lui-même et l’épouse, c’est Marie, et aussi l’Église, et chacune de nos âmes. Votre petite âme doit aussi être la petite épouse de Jésus parce que Notre Seigneur est l’époux de toutes les âmes qui acceptent de vivre avec son amour.

        Vous aussi vous avez été invité(e) en compagnie des apôtres. Quelle joie pour vous, vous allez revoir Jésus et Marie sa Mère ! Vite, vous avez pris vos plus beaux vêtements. C’était un mariage important, il fallait faire honneur aux mariés. Arrivé(e) à Cana, vous avez fait les salutations avec la révérence convenable aux deux époux. Après la cérémonie du mariage à la synagogue, vous avez été admis à jouer un peu avec les enfants de votre âge, mais avec précautions pour ne pas vous salir.

        Puis l’heure du repas est venue. Il vous est permis d’approcher Jésus et Marie. La joie est très intense, votre petit cœur bat très fort. Jésus est tout proche, toujours si aimable et plein de bonté. Vous ne pouvez pas ne pas le chérir grandement.

        Notre Dame en ce jour de Noces est aussi dans une beauté toute céleste ; c’est un bonheur indescriptible de voir sa grâce, son humilité, sa bonté, sa douceur exquise. Avant de passer à table, vous l'avez embrassée. Le baiser de la sainte Vierge vous a sanctifiée. Tous ceux qui ont eu la grâce d’approcher la Sainte Vierge sont sanctifiés.

        Au cours du repas, le vin manque. La Sainte Vierge est la première à s'en apercevoir. Elle s'incline vers son Fils et lui dit à voix basse : Jésus, « ils n'ont plus de vin. » Et le Seigneur comprend fort bien la demande de sa Mère. Il lui répond : « Femme, qu’y a-t-il entre Vous et Moi ? Cette expression utilisée dans le langage des juifs pourrait se traduire ainsi : « Ma Mère bien aimée, que me demandez-vous ? »

        Puis Jésus ajoute : « Mon Heure n'est point venue encore. » Jésus exprime un trouble et même une vraie souffrance car pour Lui « Son Heure » est l’Heure de la Passion où Il va mourir sur la Croix, pour nous sauver. Et Il sait aussi qu’à Cana qu’il devra se séparer de Sa Mère.

Marie comprend tout de suite de quoi il s’agit quand Jésus parle de son Heure. Entre leurs deux cœurs, il y a une union parfaite des pensées et des sentiments.

Aussitôt que Marie entend la réponse de Jésus, elle dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’Il vous dira ». La sainte Vierge fait appeler les serviteurs. Vous êtes vous-même devenue un serviteur de la Sainte Vierge pour aider à remplir les jarres d’eau.

Et puis devant vous, en un instant, vous voyez l’eau se transformer en vin. Oh mon Dieu ! Quel grand miracle ! Que Jésus est bon !

C’est vous qui aidez à porter le vin aux convives pour la réjouissance de tous. Vous êtes très heureux(se) d’être serviteur (servante) de Jésus et de Marie en cette occasion.

Vous reprenez place devant la sainte Vierge pour jouir de sa présence. Elle est si belle, si belle.

Vous restez jusqu’à tard dans la nuit avec l’autorisation de votre Maman. Sous le ciel étoilé et au son des musiques de fête, vous pouvez contempler encore longtemps la beauté et la bonté de Jésus et de Marie. Ce spectacle est inoubliable. Il vous permet d’avoir des rêves délicieux la nuit.

Jésus, je Vous aime de tout mon cœur. Je désire être votre serviteur tous les jours de ma vie. Mon Jésus que j’aime tant, merci d’être le Divin Époux de mon âme.