ICRSP




Méditation pour le troisième vendredi de juillet

Ego veni in nomine Patris mei, et non accipitis me, si alius venerit in nomine suo, illum accipietis. (Jn V, 43).

Je suis venu au nom de mon Père et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son nom, vous le recevrez. (Jn V, 43).

Que ce reproche est raisonnable ! Mais qu'il est sensible, et qu'il fait voir une grande douleur dans le Cœur de celui qui le fait ! Quels sentiments aurait un Prince, voyant qu'on reçoit avec tant d'honneur le moindre serviteur de son Père, tandis qu'on le traite lui-même avec le dernier mépris ? On a du respect pour un homme qu'on sait être envoyé de Dieu. Les Reliques de ceux qui ont donné leur sang pour Jésus-Christ nous inspirent je ne sais quelle vénération que ces généreux Martyrs méritent. On entreprend même, avec de grandes incommodités, de longs voyages pour leur rendre l'honneur qui leur est dû, et cette piété est solide et louable. Mais notre conduite en ceci est-elle raisonnable, lorsque Jésus-Christ, lui-même réellement présent en tout temps dans l'adorable Eucharistie, ne peut attirer nos respects ? On ne sent nulle dévotion pour le Saint Sacrement, on n'a que du dégoût pour cette divine nourriture, on est immodeste jusqu'au pied des Autels, on ne trouve jamais le loisir de lui rendre visite, on ne peut se résoudre à lui faire un peu plus assidûment la cour.