Retour Accueil 

Archives

 

 

 

31 mai

 
« Le soleil est, du haut du ciel, la source de toute la lumière qui éclaire le monde. Jésus-Christ, Roi céleste, est l’auteur, et la source de toute grâce et de toute miséricorde. Il répand sur nous sa grâce miséricordieuse par le Saint-Esprit, qui est comme son rayonnement ; mais pour arriver jusqu’à nous, l’Esprit-Saint passe par la sainte Mère de Dieu et des hommes, de même que les rayons du soleil n’arrivent à la terre qu’en passant par l’atmosphère. Tel est l’ordre que le bon Dieu a établi. Marie est la Mère de grâce, de pardon et de miséricorde.
Notre-Seigneur l’enseignait un jour à son innocente petite servante Marie Lataste. « Ma fille, lui dit-il, je suis entre Dieu et les hommes. Nul ne peut rien obtenir de mon Père, s’il ne l’obtient par moi. Or, j’ai placé ma Mère entre les hommes et moi, et je n’accorde aux hommes que par ma Mère et à cause de ma Mère.
Demande à ma Mère toutes les grâces qui te sont nécessaires ; elle te les obtiendra. Toutes les grâces que Dieu répand sur les créatures, sont en moi comme dans un immense réservoir. Je les fais couler en ma Bienheureuse Mère comme dans un réservoir nouveau, et c’est en elle qu’il faut venir les puiser. Vois-tu : on demande une grâce ; mon Père consent ; moi, j’accorde ; et ma Mère la donne.
Oui, ma fille, tout vient de moi ; mais tout passe par ma Mère bien-aimée. Je n’accorde rien que ce qu’elle accorde et, jusqu’à la fin des temps, je bénirai, je rachèterai, je sauverai les hommes, parce que ma Mère les bénira, les rachèterai, les sauvera pour moi.
Tel est le rôle maternel et souverain de la Sainte-Vierge, entre Dieu et nous : elle est la toute-puissance suppliante. Elle supplie, car elle n’est qu’une créature; mais elle obtient toujours, car elle est la Reine-Mère du Paradis. Elle a grande compassion de nos misères, et elle est à la fois Mère de grâce et Mère de miséricorde. »
 

D'après Mgr de Ségur,

Mois de Marie

Archives

²