Retour Accueil  

Archives

 

 

15 mai

 
« Les Saints et les anciens Docteurs de l’Eglise nous apprennent que, dès le premier instant de son existence, cette future mère de Dieu, cette petite Enfant tout immaculée, a reçu du bon Dieu des grâces si grandes, si prodigieuses, qu’elles se trouvait dès lors plus sainte, plus sanctifiée que tous les Anges et tous les Archanges, que tous les Chérubins et tous les Séraphins.
Ils nous apprennent encore que la Sainte-Vierge, toute petite enfant qu’elle était, avait déjà une âme parfaite, capable d’adorer, d’aimer, de louer le bon Dieu ; et qu’elle correspondit pleinement aux grâces immenses que le bon Dieu lui donnait, lui donnait encore, lui donnait sans cesse. Et plus elle était fidèle à y correspondre, plus le bon Dieu se plaisait à augmenter, à doubler, à centupler ces grâces admirables. De sorte que la sainteté de la petite Marie était déjà un abîme incompréhensible, que les Anges admiraient et vénéraient, sans pouvoir en pénétrer les profondeurs. Juge, mon cher entent, de ce qu’a été à la fin cette sainteté toujours croissante ! Dieu seul peut la comprendre. »

 

D'après Mgr de Ségur,

Mois de Marie

Archives

²