Retour Accueil  

Archives

 

 

13 mai

 
« M. de Bussières, rentra dans l’église, marchant d’un pas rapide, et craignant d’avoir fait attendre son compagnon.
« En mettant le pied dans l’église, me disait-il, j’eus une impression singulière. Je me disais en moi-même, sans savoir pourquoi : « Il vient de se passer ici quelque chose d’extraordinaire. » Malgré ma vue qui est très basse, j’aperçus, devant la seconde chapelle, un homme à genoux, qui me sembla être Ratisbonne. Il portait, comme lui, un paletot blanc. « Quelle folie ! » me dis-je à cette pensée. Néanmoins, je m’approchai quelque peu. Jugez de ma surprise, de ma stupéfaction : c’était lui, c’était bien lui ! Il était là à genoux, immobile. J’allai à lui et lui touchai légèrement l’épaule en l’appelant par son nom. Il ne bougea pas. Je le regardai de plus près son visage était pâle et baigné de larmes. « Ratisbonne ! lui dis-je vivement ; mon ami, que faites-vous là ? Qu’avez-vous ? Qu’est-il arrivé ? » Alors, levant la tête, il m’aperçut, se jeta dans mes bras en sanglotant : « Vite, me dit-il, vite, menez-moi à un prêtre. Là, je vous dirai tout. Je l’ai vue : c’est ELLE ! Elle ne m’a point parlé, mais j’ai tout compris ! »
« Nous remontâmes en voiture. Il pouvait à peine se tenir. J’étais presque aussi ému que lui. Je le conduisis au couvent du Gesù, dans la chambre ou plutôt dans les bras de l’excellent Père de Villefort. Lorsqu’il fut un peu remis de son émotion, il raconta tout, et répétait : « J’ai tout compris; je sais tout. Je veux être baptisé ! »
En effet, son instruction religieuse, œuvre directe de la Sainte-Vierge, était toute faite ; et à mesure qu’on lui expliquait les mystères, les vérités de la foi catholique, il disait : « C’est bien ; je sais cela. Elle ne m’a rien dit, mais j’ai tout compris. » -Je tiens tous ces détails de M. de Bussières lui-même.
Par l’ordre du Pape Grégoire XVI, le baptême solennel du jeune Israélite converti eut lieu huit jours après, au milieu d’une affluence immense ; et ce fut le Cardinal-Vicaire qui, au nom du Saint-Père, baptisa et confirma l’heureux privilégié de l’immaculée Vierge MARIE. Le Pape voulut même constater par un décret le caractère miraculeux de la conversion d’Alphonse-Marie Ratisbonne. »
 

 

D'après Mgr de Ségur,

Mois de Marie

Archives

²